top of page
  • Ateliers cinq épices

L'alimentation locale, une affaire de famille (partie 2)

Cet article est la deuxième partie d’un blogue sur l’alimentation locale. Il contient des informations et trucs pour inclure les enfants dans la conversation sur la provenance des aliments. N’hésitez pas à consulter la première partie de l’article pour obtenir une introduction sur l’alimentation locale ainsi que des trucs pour l’apprivoiser.


Enfant qui choisit un fruit à la fruiterie parmi une nectarine, une prune et un abricot

Manger local avec les enfants, pourquoi ?

L’alimentation locale a des avantages bien connus. Par exemple, elle encourage l’économie d’ici et les producteurs locaux en plus d’être avantageuse pour l’environnement. De plus, faire l’effort d’impliquer les enfants dans nos conversations sur l’alimentation locale ou l’alimentation en général a aussi de nombreux avantages, entre autres, cela permet de les éduquer sur des sujets essentiels pour leur autonomie future.


En comprenant les bases de la croissance des fruits et légumes ou bien de la transformation de certains aliments, cela permet de saisir que ces derniers ne se matérialisent pas à l’épicerie ! Ainsi, inclure nos enfants dans une discussion sur certains aliments qu’ils ne connaissent pas peut les encourager à goûter ces mêmes aliments. Il est donc primordial de laisser les enfants regarder, toucher et choisir par eux-mêmes des fruits et légumes à l’épicerie ou dans les marchés publics, puisque c’est une autre manière de les exposer à de nouveaux aliments, qui pourraient leur sembler parfois effrayants.


Trucs concrets pour manger local avec les enfants:

Que ce soit à l’épicerie, lorsqu’on cuisine ou l’on fait les boites à lunch, tous ces moments sont parfaits pour parler aux enfants de la provenance des aliments. On peut leur poser des questions comme :


Famille à l'épicerie, la maman montre à sa petite fille une pomme jaune qui est dans sa main
  • Les mangues, est-ce que ça peut pousser au Québec selon toi ? Pourquoi ?

  • Avec quoi fait-on du yogourt ?

  • Comment réussit-on à avoir des oranges au Québec ?

  • Est-ce que les aliments peuvent prendre l’avion et le bateau comme nous pour aller dans d’autres pays ?

  • Penses-tu que le brocoli pousse au Québec ?

  • Est-ce que tu sais quel aliment est à la base du pain?

  • Avec quoi sont faits les raisins secs selon toi ?

  • Quelle est ta collation préférée ? D’où vient cet aliment? Comment est-il fait ?


Autres exemples d’activités pour découvrir l’alimentation locale :

Il n’est pas nécessaire de faire des activités extravagantes pour découvrir les aliments d’ici. Une conversation pendant un déplacement en automobile ou en autobus, une discussion lors du dîner ou même répondre ou questionner les enfants lorsqu’on prépare les repas de la semaine sont de bons exemples. Cependant, si vous souhaitez faire des activités différentes, voici quelques idées :


Visite au marché où deux filles et leur père touchent en rigolant des poivrons et un chou

  • Aller dans les marchés publics (toute l’année)

  • Aller faire de l’autocueillette (des petits fruits l’été ou des courges et des pommes à l’automne).

  • Aller à la cabane à sucre (au printemps)

  • Aller visiter des laiteries et/ou fromageries (toute l’année)

  • Faire un jardin intérieur ou extérieur à la maison (printemps, été, automne)

  • Aller déguster ou observer les aliments du terroir dans les marchés de Noël (hiver)

  • Aller visiter une ferme où l’on fait le miel (ferme d’apiculture) (toute l’année)

  • Visiter une fermette (printemps, été, automne). Saviez-vous qu’il existe, au Québec, des fermes d’animaux « inattendus » comme des fermes d’alpagas, de bisons ou de cerfs ?

  • Aller visiter une culture de champignons (toute l’année)

  • Aller voir une meunerie où l’on fait la farine (toute l’année)

  • Visiter des musées de la civilisation pour découvrir des aliments typiques des peuples autochtones.


Pour plus d’idées d’activités pouvant être classées par catégorie ou même par région, consulter les articles de blogue du site Terroir et saveurs du Québec.


Finalement, les enfants ne peuvent qu’être gagnants lorsqu’on leur parle d’alimentation et de nutrition. Ce sont des connaissances essentielles à la vie et à la santé. De plus, tout le monde gagne, y compris la planète, lorsqu’on laisse une place plus importante aux produits de notre terroir.


Et vous, parlez-vous d’aliments et/ou d’alimentation locale avec vos enfants ?



Merci à Gabrielle Lehoux stagiaire en nutrition 2022 qui a rédigé cet article.


Mention de source : Timur Weberde Pexels

Greta Hoffman de Pexels

Pvproductions de freepik

Comments


Blogue

bottom of page